Et voilà que je croise un vilain garnement qui me tire la langue ! Non, mais ! 

1 

Mais même si tu me tires la langue, je ne te mangerai pas, je ne te mangerai plus, non.

Quand je croise ces jolies bêtes, je ne peux m'empêcher de penser qu'elles vont finir en morceaux dans les assiettes ! Comment on peut faire ça ? 

Voyez plutôt :

2 

Moi, je ne peux plus ! 

Regardez celles-là :

3 

Curieuses à souhait ! Vous ne savez pas ce qui vous attend malheureusement...

Elles me suivent jusqu'à l'entrée de la forêt :

4 

Il fait beau, il est tard, je suis seule, j'écoute les glands tomber, pourvu qu'il n'y en ait pas un qui me tombe sur la tête ! 

Le chemin de la mineuse est bien tortueux :

5 

Et ça ? Qu'est-ce que c'est ? Bon, je vous précise que ça sent extrêmement fort et mauvais . 

6 

Alors ? Vous ne savez pas qui fait ça ? 

Et bien ce sont les saigneurs de la forêt, les assassins en puissance, les cons de chasseurs ! 

7 

Ils badigeonnent les arbres de grésil ou de goudron pour attirer les sangliers, en général sur le même lieu ils lancent à la volée des grains de maïs, comme ça ils n'ont pas trop de mal à les trouver et à les tirer. 

Voilà, le chasseur n'est pas seulement con, il est aussi fainéant et rusé ! 

Et là, ils s'en donnent à coeur joie depuis le week-end dernier, date d'ouverture de la chasse au lapin, au lièvre, au faisan et à la perdrix !

je l'ai déjà publié mais j'adore ce dessin : 

 chasseur