Avant mon déménagement, j'ahbitais déjà à la campagne et j'aimais monter dans le bois pour voir monsieur l'arbre. 

Cette fois j'ai pris le chemin à l'envers .

Cette porte inutile me fascine toujours :

1

Lorsque j'ai entamé le chemin un coquin de cheval m'a appelée alors qu'il ne me voyait même pas !

Je suis donc allée le voir ! 

2 

Gourmand et collant, il a voulu voir mon appareil photo et mes bâtons.

Moi, j'ai photographié sa crinière en brosse :

3 

J'ai revu la tête de cheval, elle n'est plus au milieu du chemin et commence à s'enfouir dans le sol, bientôt elle ressemblera plus à un vestige de dinosaure !

4 

Le chemin est très encaissé, les arbres sur les hauteurs font des pieds et des mains pour rester bien ancrés dans le sol, ils ont tous de drôles d'attitudes :

5 

Beaucoup d'arbres n'ont pas résisté à la tempête et j'ai commencé à avoir peur pour monsieur l'arbre mais j'ai été soulagée de le voir apparaître derrière un virage :

6 

Toujours sérieux et majestueux ! Je lui ai parlé ! 

7 

J'ai pris de la hauteur pour mieux voir ses racines :

8 

Je suis redescendu pour photographier sa chevelure :

9 

Je n'arrive pas à expliquer ce que je ressens face à cet arbre ! 

Je suis bien, heureuse, étonnée, ébahie, comblée ! 

J'ai repris le chemin inverse, j'étais légère, j'avais vu mon arbre ! 

10 

Les fougères commençaient à se chauffer au soleil :

11 

J'ai croisé quelques feux follets, arum maculatum :

12 

A l'approche de ma voiture, le parc arboré m'a attirée.

Je connais cet arbre creux (il renferme une cache géocaching), j'ai l'impression qu'il est habité, vu les quelques noix à l'entrée !

14 

Et j'ai pu admirer de très jolies fleurs :

13 

Ce sont les fleurs du marronnier ! 

16